Histoire Complète du Radiateur

Histoire Complète du Radiateur

SOMMAIRE:

  1. Comment nous est venu notre amour du radiateur ?
  2. Les débuts du chauffage domestique et public : la préhistoire et les romains
  3. La génération suivante
  4. Les anglais s’en mêlent
  5. Le tout premier radiateur
  6. L’histoire du radiateur moderne
  7. Les radiateurs de nos jours
  8. Parlez-nous de votre radiateur

COMMENT NOUS EST VENU NOTRE AMOUR DU RADIATEUR ?

Parmi tous mes discours sur les radiateurs design et comment les utiliser pour affirmer votre style, j’en oublie souvent que le radiateur possède une fonction primaire par-dessus de toutes : garder votre maison, votre famille et vous-même, au chaud et au sec.

Pour produire de la chaleur, sécher des vêtements ou des serviettes et vous réchauffer, les radiateurs sont des éléments indispensables de la vie quotidienne dans la maison moderne, les hôpitaux, les bureaux et bien d’autres…

Nous vivons même en ce moment à une époque où votre système de chauffage peut apprendre à vous connaître, et ainsi savoir l’heure à laquelle vous rentrerez chez vous et la température à laquelle vous aimez que votre maison soit chauffée.

Mais où et quand tout cela a-t-il commencé ? Qui est l’inventeur du radiateur ? À qui devons-nous notre confort actuel ?

Pour répondre à ces questions et comprendre pourquoi plusieurs millions de radiateurs sont installés en France de nos jours, j’ai enquêté sur l’Histoire du Radiateur et ai cherché à comprendre comment nous sommes passés de boîtes de métal chauffantes aux radiateurs nous offrant chaleur, confort, et même maintenant, style.

LES DÉBUTS DU CHAUFFAGE DOMESTIQUE ET PUBLIC

Avant de creuser dans les profondeurs de l’histoire mouvementée du radiateur, il est important de comprendre comment notre façon de chauffer l’habitat s’est développée avec le temps.

Évidemment, nos ancêtres dans les caves ne bénéficiaient pas des aménagements de confort dont nous pouvons profiter aujourd’hui. Leurs pensées préhistoriques se rassemblaient davantage autour du feu que du système de chauffage central ou de la cheminée.

Le chauffage a évolué de manière radicale depuis cette époque – premièrement, nous chauffons désormais des maisons, et non plus des caves – et, comme vous pouvez vous y attendre d’une espèce parlant environ 6 500 langages différents, un certain nombre de cultures différentes ont contribué à l’évolution de nos méthodes de chauffage.

Les Hommes de Néandertal

Loin d’avoir des allures de rockstars, les Hommes de Néandertal étaient cependant d’incroyables innovateurs quand il s’agissait de chauffage.

Les preuves nous montrent qu’il y a 420 000 ans, des foyers étaient utilisés dans des pays comme ce qu’est l’Ukraine de nos jours par exemple. Faits d’os de mammouths et construits avec un abri en herbes, ces petites niches sont, avec les caves, les premières preuves de solutions de chauffage de l’habitat primitif réalisées par l’Homme.

http://infos-scientifiqueshyperborennes.over-blog.com/2018/05/comment-vivait-neandertal-l-encetre-de-tous-les-europeens-hors-des-grottes.html

L’extinction de l’Homme de Néandertal demeure encore un mystère à ce jour. Ils nous ont néanmoins laissé des traces de ces petites maisons, qu’ils pouvaient transporter partout, et qui accueillaient autrefois un feu pour réchauffer leur habitat.

Les Romains

Ailleurs en Europe, nous devons à nos vieux « amis » (les envahisseurs) les Romains une première forme de chauffage central avant l’heure, avec leur invention de l’hypocauste.

L’auteur et architecte Vitruve (de son nom complet incertain Marcus Vitruvius Pollio) attribue l’invention de l’hypocauste au célèbre inventeur et ingénieur hydraulique romain Sergius Orata.

Ce système était utilisé pour chauffer toutes sortes de bâtiments publics populaires, comme les bains publics notamment. Une fournaise sous le sol permettait de produire, par le feu, de la fumée et de l’air chaud. Une version précurseur du chauffage par le sol, me direz-vous.

La chaleur et la fumée circulaient sous la pièce à chauffer et sortaient par des conduits dans les murs. L’hypocauste nécessitait bien entendu une attention de tous les instants, et une provision constante de ressources pour maintenir le feu.

Ce type de constructions nous montre que les Romains avaient très clairement compris les principes de transferts de chaleur. Mais ils n’étaient pas les seuls à utiliser ce genre de techniques.

À l’Est

Des similitudes peuvent être constatées avec l’Âge de Bronze en Corée. Appelés « ondols », les premiers modèles parurent vers 300 av. J. -C. et puisent leurs inspirations dans l’architecture coréenne jusqu’à 1000 av. J. -C. La construction des ondols serait donc encore plus ancienne que les hypocaustes romains.

Découverts dans de nombreux sites archéologiques à travers la Corée du Nord d’aujourd’hui, ce type d’architecture traditionnelle est très similaire au modèle romain, utilisant le transfert de chaleur direct provenant du feu de bois et de la fumée pour chauffer l’intérieur d’une construction par le sous-sol.

Ondol

La différence clef entre l’hypocauste et l’ondol est la forme sinueuse du sous-sol de ce dernier, qui fait circuler l’air plus rapidement vers la sortie.

Contrairement à son équivalent coréen, le sous-sol de l’hypocauste consiste en une pièce standard, ne redirigeant pas l’air dans une direction particulière. Ces deux types de constructions restent néanmoins toutes les deux extrêmement intelligentes et visionnaires.

Utilisant la chaleur du feu de la cuisine pour chauffer le reste de la maison, le système coréen était sans doute plus efficace que le modèle romain. Ce système permettait en effet de dédoubler l’utilisation d’un seul et même feu, et constituait une approche plus réfléchie de la source d’énergie. Impressionnant pour une invention datant d’il y a 3000 ans !

Notes : L’hypocauste ne fut pas utilisé que par le romains. Ce système chauffa notamment les bains turcs à l’époque de l’Empire Ottoman et même un bain public (Hammam) de la ville citadelle de Erbil, devenu l’Iraq de nos jours.

LA GÉNÉRATION SUIVANTE

On peut compter environ 2000 ans entre les débuts des constructions romaines et coréennes, et les premiers systèmes de chauffage par l’eau.

Au début du XVIIIème siècle, c’est au tour des ingénieurs russes de reprendre le flambeau du chauffage domestique. Après des mois consécutifs de températures négatives, ils sont parvenus à créer le premier système de chauffage hydraulique.

Le premier système de chauffage hydraulique

Palais d'Été Saint Pétersbourg

http://thery-fr.net/INTERNET/RUSSIE%202011/07%20St%20PETERSBOURG%20Ville/slides/17%20Canal%20Fontanka%20Palais%20d%27ete%2060.html

Le Palais d’Été de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg fut la première construction à bénéficier de cette approche innovante du chauffage, devenant ainsi le premier bâtiment de la ville à posséder un système de plomberie.

Le palais était ainsi muni d’une sélection de chaudières à combustibles solides accompagnées de conduits très élaborés faits de porcelaine bleue et blanche.

Mais c’est malheureusement là que s’achève l’aventure du chauffage hydraulique pour la Russie (du moins jusqu’à maintenant). Elle continue en effet aux États-Unis, grâce à l’un de ses pères fondateurs : Benjamin Franklin.

Le Poêle Franklin

En 1741, 30 ans après que Pierre le Grand fit installer la plomberie chez lui, Benjamin Franklin créa un foyer en métal, permettant de transférer davantage de chaleur dans une pièce qu’aucun autre système de chauffage à l’époque.

Les deux nouveautés du poêle Franklin, outre les matériaux utilisés, sont sa cavité avec barrière « coupe-feu » (un panneau de métal qui redirige les fumées) et un conduit qui agit comme un siphon retourné.

Ce design innovant n’était toutefois pas totalement nouveau. Un modèle similaire a été utilisé en Allemagne environ 100 ans auparavant, mais Benjamin Franklin y a apporté de sérieuses améliorations, permettant aux combustibles de brûler bien plus efficacement, avec une cavité juste derrière le feu pour rediriger la chaleur et la fumée, et ainsi chauffer des espaces beaucoup plus grands.

Contenir la fumée permit d’en extraire plus de chaleur durablement, et ainsi pouvoir profiter de cette chaleur plus longtemps.

C’est sans surprise alors que le Poêle Franklin devint le système de chauffage le plus populaire pendant un certains temps. Jusqu’à ce que les idées se mirent à s’enflammer de l’autre côté de l’Atlantique…

Les Anglais s’en mêlent

En Angleterre, quand la technologie de rétention de la vapeur devint possible, un flot de système de chauffage à vapeur se déversa sur le pays.

« […] le colonel William Cook présenta à la société royale de Londres un mémoire qui fut inséré dans les Transactions Philosophiques, et dans lequel il proposait de réchauffer les appartements avec des tubes de métal constamment remplis d’eau bouillante, que fournirait une chaudière placée hors de l’appartement. »

Annales des Arts et Manufactures, Tome VI, J. -N. Barbier de Vémars (pages 194-195)

L’idée a été proposée pour la première fois à la fin du XVIIIème siècle, par William Cook, mais n’est pas vraiment devenue réalité avant les années 1790, lorsque les ingénieurs pionniers Matthew Boulton et James Watt décident d’installer chez eux, dans leurs propriétés respectives, un système de chauffage à vapeur.

À l’époque, James Watt fit même quelques tentatives de prototypes de radiateurs faits de tôles de cuivre soudées les unes aux autres.

Le chauffage à vapeur progresse lentement à ses débuts. Seuls quelques moulins et usines en Angleterre en sont équipés, jusqu’à ce que les américains commencent à s’intéresser à la méthode.

Un certain nombre de systèmes, installés après 1810, utilisaient la vapeur émise par un engin à vapeur haute pression. Ces nouveaux systèmes de chauffage parvinrent ainsi à se frayer un chemin jusque dans des bâtiments plus larges, comme la Maison-Blanche et le Capitole des États-Unis à Washington DC.

Les chauffages à vapeur domestiques ne commencent à se développer qu’à partir de la fin des années 1840, quand un fabricant de poêles du Connecticut, Stephen Gold, décide d’explorer les vertus de la vapeur pour en faire… L’un des premiers radiateurs.

LE TOUT PREMIER RADIATEUR

Bien que l’invention du tout premier radiateur ne lui soit pas officiellement attribuée, Stephen Gold a construit, avec deux feuilles de fer ondulé assemblées entre elles par des rivets, ce que les anglophones appellent le « matress radiators », littéralement : « radiateur matelas ».

Les images de cet appareil sont très rares. En voici une néanmoins, et d’autres sont disponibles à la fin de ce document anglophone, où Stephen J. Gold, lui-même, parle de son invention et de l’amélioration du chauffage domestique grâce à la vapeur. Aucune version française de ce document n’existe malheureusement pour le moment.

Radiateur mis au point par Stephen J. Gold

Ce type de radiateur continua d’évoluer pendant environ 50 ans, puis, en 1854 vint la création du tout premier radiateur. De nombreuses usines commencent alors la production de radiateurs et de chaudières de différents styles. L’esthétique devient progressivement un critère dans le choix du radiateur domestique.

En regardant de plus près à ces premières incarnations de radiateur, la plupart d’entre elles devraient être légitimement considérées comme des œuvres d’art ; leurs ornements élaborés se sont rapidement imposés comme piliers dans la décoration de nombreuses propriétés de l’époque.

Radiateur à Colonnes

En ce qui concerne l’inventeur du radiateur moderne (celui que l’on s’imagine de nos jours), le sujet fait discorde. Pardonnez-moi le jeu de mots, mais il existe un sentiment de « guerre froide » quant à celui qui a réellement réalisé son modèle de radiateur en premier.

Si vous recherchez par exemple « histoire du radiateur », la plupart des discussions tournent autour de M. Franz San Galli, un inventeur russe d’origine italo-allemande. Bien que l’invention du radiateur – qu’il a nommé “boîte chauffante” – lui ait été officiellement attribuée, elle fait encore débat de nos jours.

La raison est simple : au même moment aux États-Unis, il n’y avait pas que M. Gold mais de nombreux autres ingénieurs cherchant à développer des appareils similaires aux « boîtes chauffantes ».

D’après les sources, le développement et la production de masse de radiateurs était un large phénomène en Amérique.

Le brevet déposé par Stephen J. Gold date de 1854, mais on peut en trouver d’autres similaires en remontant jusqu’en 1841. Aucun de ces assemblages de tuyaux et de plaques de métaux chauffants n’est cependant considéré comme le radiateur « moderne » que nous connaissons aujourd’hui.

L’HISTOIRE DU RADIATEUR MODERNE

L’invention qui a reçu le plus de succès et de reconnaissance au niveau mondial qu’aucune autre en matière de « radiateur moderne » est le radiateur Bundy.

Développé par Nelson H. Bundy en 1872, le radiateur Bundy était composé de boucles, vissées à une base en fonte. Il est même sorti en version circulaire !

Créé pour les systèmes de chauffage à vapeur, il fut le design le plus populaire de son époque et fut ainsi reproduit par différents industriels, qui commencèrent à y intégrer des motifs et des détails esthétiques de plus en plus précis et créatifs.

Le radiateur Bundy, tout comme les modèles du duo d’inventeurs Joseph Nason et Robert Biggs, se retrouve quelque peu dans les designs de radiateurs commercialisés de nos jours.

Cette hausse de popularité des radiateurs entraîna une augmentation spectaculaire du nombre d’usines et de manufactures, faisant de l’époque victorienne l’une des plus importante dans le domaine du chauffage domestique.

The American Radiator Company

Une entreprise tira son épingle du jeu dans la compétition féroce présente sur le marché du radiateur : la American Radiator Company. Fondée en 1892 au États-Unis, elle arrive en France en 1905 sous le nom de Compagnie Nationale des Radiateurs.

Elle fut le Microsoft de son époque, et devint rapidement le plus important producteur de radiateurs au monde. L’expansion de sa marque Ideal Classic est fulgurante en France comme partout en Europe, avec des manufactures qui s’implantent en Italie et en Allemagne notamment.

Affiche Publicitaire - Compagnie Nationale des Radiateurs - France

L’entreprise se développe encore davantage et se met à produire également des baignoires en fonte, des éléments de salle de bain en cuivre et bien plus encore. L’une de leur manufacture allemande a même fabriqué des obus pour l’Empire Germanique pendant la Première Guerre Mondiale.

LES RADIATEURS DE NOS JOURS

C’est un fait, la période charnière dans le développement du radiateur est l’époque victorienne (fin du XIXème siècle). C’est depuis cette époque que les radiateurs ne sont plus uniquement de simples boîtes rejetant de la chaleur, mais aussi des éléments importants de décoration, transformant à eux-seuls l’allure d’une pièce entière.

Le radiateur a évolué jusqu’à aujourd’hui sur son côté pratique et ses différents designs pour créer une multitude de modèles, pour toutes les surfaces à chauffer, toutes les dimensions et agencements d’espace, mais encore pour tous les styles d’intérieurs.

En France, bien qu’elle reste populaire pour sa capacité à retenir la chaleur très longtemps et son allure d’antan, la fonte a largement été remplacée par l’acier à partir des années 1970. L’aluminium a ensuite commencé à se développer. Léger, ce denier permet de créer des radiateurs de toutes les formes imaginables.

Radiateur Design Vertical Hudson Reed

Il y eût une période ou l’on cherchait à couvrir et cacher les radiateurs. Cette époque est maintenant révolue et l’on recherche aujourd’hui le modèle design parfait, qui aura tout d’une œuvre d’art ou d’une pièce de collection.

La tendance évolue parfois vers la rénovation et les modèles plus anciens, dans le style fonte proche du Bundy ou simplement rappelant les modèles vintages des années 50, et c’est pour ces nostalgiques que de larges gammes de radiateurs rétro existent.

Radiateur Style Fonte Hudson Reed

Le chauffage par le sol est de nos jours assez populaire et les systèmes de chauffage intelligents se développent à une allure impressionnante. Malgré cela, les énormes progrès esthétiques et une meilleure utilisation des matériaux nous permettent d’espérer qu’il existera toujours une petite place au mur pour une humble « boîte chauffante ».

PARLEZ-NOUS DE VOTRE RADIATEUR

Et vous, quelle est votre histoire de radiateur ? Avez-vous de vieux radiateurs chez vous ? Hésitez-vous à remplacer un ancien radiateur en fonte par un nouveau radiateur design ?

Quelle que soit votre histoire ou votre question, n’hésitez pas en nous écrire ici-même en commentaire, ou à nous envoyer un message sur Facebook ou Instagram !

            À bientôt pour d’autres histoires de radiateurs, et peut-être même de salles de bain la prochaine fois !

Commentaires